Édition 2017 : La folie

Un homme se possède par éclaircies, et même quand il se possède, il ne s’atteint pas tout à fait. Il ne réalise pas cette cohésion constante de ses forces sans laquelle toute véritable création est impossible. Cet homme cependant existe. Je veux dire qu’il a une réalité distincte et qui le met en valeur. Veut-on le condamner au néant sous le prétexte qu’il ne peut donner que des fragments de lui-même ?

Antonin Artaud

Le regard que nous portons sur la folie ne serait-il qu’une question de place ? Comme le fou rire et le rire fou qui, en inversant leur place dans la phrase, nous donnent des significations différentes, la folie ne serait-elle qu’une question de point de vue ou de mesure ?

Déjà avec Erasme ou Brant, au XVIe siècle, les propos sur la folie étaient l’occasion de s’interroger sur la société et le sens des actes individuels. Depuis, ceux qui s’y sont intéressés, se sont confrontés aux dimensions individuelles et collectives de la folie. Ils en ont fait oeuvre de réflexion, de critique et de narration.

C’est avec ces questions que nous avons souhaité inviter des auteurs, écrivains, psychologues ou psychanalystes, autour de ce thème de la folie pour la 19e Fête du livre de Nyons.

Le propos pourra être tantôt sérieux, tantôt plus léger. Mais il cherchera toujours à être compréhensif et attentif aux autres. En multipliant les occasions de rencontres pendant les deux jours de la Fête du livre, nous avons souhaité aussi proposer des moments au cours desquels chacun pourra prendre ce temps de la réflexion à plusieurs ou plus légèrement à écouter, rire ou jouer.

L’équipe de Lire en Mai

 

Télécharger le programme 2017 !